Le pouvoir calorifique du bois de chauffage dépend de sa densité et de son taux d’humidité. Pour un rendement maximal, le bois doit avoir un taux d’humidité résiduelle inférieur à 20 %. La combustion d’un bois de chauffage humide dégage moins de chaleur mais plus de fumée : le rendement baisse et la cheminée s’encrasse.

Différentes essences, différentes qualités

Chaque essence de bois a un pouvoir calorifique propre. Les bois qui brûlent le mieux sont les bois durs comme le charme, le hêtre, le chêne et le frêne ; ces bois produisent une grande chaleur et des braises qui rayonnent longtemps.

Les bois plus tendres (bouleau, tilleul, marronnier) produisent souvent une belle flamme mais brûlent plus vite. Ils conviennent donc parfaitement pour lancer ou relancer un feu.

Quant aux résineux tels que le sapin et le pin, ils brûlent bien mais avec des étincelles et contiennent des résines qui salissent beaucoup.

Dans tous les cas, privilégiez le bois abattu pendant l’hiver : ce bois hors sève sèchera plus vite.

Bien stocker les bûches

En fonction de l’essence, deux ans de séchage minimum sont indiqués pour faire baisser l’humidité du bois en-dessous de 20 %. Pour que le séchage soit efficace, les bûches fendues doivent être entreposées correctement, à l’abri des intempéries et dans un endroit aéré.

Attention aux bâches plastique qui peuvent empêcher l’air de bien circuler. Une fois sec, le bois ne doit pas rester plus de deux ans dans un lieu fermé.

Pour une combustion idéale, les bûches ne doivent pas dépasser 10 cm d’épaisseur et avoir une longueur maximale de 33 cm.

Vérifier l’humidité résiduelle

Une façon de vérifier si le bois est sec est de taper deux bûches l’une contre l’autre : le bruit doit être clair. Si vous préférez voir le résultat noir sur blanc, Trotec vous proprose les indicateurs d’humidité BM15 et BM20.

Principe de fonctionnement : ces humidimètres fonctionnent sur la base d’une courbe de calibration correspondant à la moyenne des essences de bois communs en Europe à une température du bois de 20 °C.

L’utilisation est simple et rapide : fendez une bûche puis piquez l’humidimètre au milieu de la coupe. Le résultat s’affiche immédiatement à l’écran. Notez qu’en dehors du bois, ces appareils double-fonction peuvent également servir à contrôler l’humidité des matériaux de construction.

Voir l’indicateur d’humidité BM15 pour bois et matériaux de construction dans la boutique en ligne Trotec

Pour plus de précision, préférez l’indicateur d’humidité BM20

Cette entrée a été publiée dans Maison, TROTEC, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Top Keywords for http://www.trotec-blog.com/fr/trotec/mesurer-humidite-bois-de-chauffage-2/