Tél: +33 390 29 48-18 Du lundi au jeudi : 8 h - 17 h 30
Vendredi : 8 h - 17 h 00

Acquisition de données et suivi des travaux

Suivi de l’avancement des travaux d’assèchement

Un enregistreur de données acquiert différentes données de façon autonome et en continu. Sur la base des relevés enregistrés par l’appareil, l’utilisateur doit établir des corrélations et interpréter correctement les résultats. Dans certains domaines, l’acquisition de données et la création subséquente d’un rapport jouent un rôle essentiel. C’est notamment le cas dans le diagnostic de bâtiment, où les relevés de température et d’humidité permettent, par exemple, de découvrir si les occupants d’un immeuble aèrent suffisamment.

Cette méthode d’acquisition sert en premier lieu à suivre l’avancement du séchage des nouvelles constructions ou des bâtiments sinistrés par un dégât des eaux. Le rapport établi sur la base des relevés permet à l’entreprise mandatée de fournir un document prouvant la bonne exécution des travaux. Entièrement électroniques, les enregistreurs de données, qui sont d’ailleurs assez résistants pour fonctionner sur les chantiers, stockent sans faille la totalité des relevés effectués.

Des résultats noir sur blanc à l’issue des travaux

ill. 1. Le DL 100 C est le modèle le plus compact de la série

Ce rapport peut être fourni par exemple en même temps que la facture au client. La présentation des données démontre que les conditions d’ambiance se situaient dans une certaine plage et que l’assèchement n’a pas mené à un surséchage (qui se traduirait par des fissures dans les meubles, le parquet, etc.). En produisant un rapport qui présente les relevés, on prouve que l’objet (couches d’isolant, murs, etc.) était bien sec au moment du démontage des déshumidificateurs.

En outre, un enregistreur de données permet de détecter les irrégularités survenant au cours de l’assèchement. Une fluctuation des conditions d’ambiance constatée à l’aide des relevés peut être due à un arrêt non autorisé des appareils ou à l’ouverture des portes et fenêtres. Ce type d’évènement peut d’ailleurs vous être signalé en temps réel par le système de télésurveillance TTSL de Trotec.

Pour l’acquisition de données simple, Trotec propose au secteur du bâtiment les enregistreurs autonomes de la série DL. Ultra-compact, le DL100 C (cf. ill. 1) est le modèle d’entrée de gamme. Doté de deux voies de mesure à capteur interne de température et d’humidité relative, il peut stocker 60 000 relevés par voie et être raccordé à un PC via un port USB universel.

Une acquisition de données sécurisée

ill. 2. Le modèle DL 100 P est doté d'un écran et de quatre voies de mesure.

Le modèle à quatre voies DL100 P (cf. ill. 2) est doté de deux voies supplémentaires permettant de raccorder des capteurs externes comme ceux de la série MultiMeasure de Trotec. Ainsi, outre la température et l’hygrométrie, il est possible de mesurer la température d’un matériau ou la température de surface. Autre avantage : le DL100 P possède un écran sur lequel s’affichent les relevés.

Sur tous les enregistreurs de la série DL, l’acquisition et le stockage des données se fait de manière sécurisée. Les appareils sont équipés d’une fonction d’alarme réglable individuellement pour chaque voie et sont livrés avec un logiciel permettant de déterminer sur PC le début, la fin et les intervalles de mesure. En outre, ce logiciel permet d’évaluer les relevés et d’archiver automatiquement les données ou encore de les importer dans un tableur Excel.

Applications principales

1 - température, 2 - hygrométrie, 3 - température de surface du mur, 4 - humidité de l'isolant

Un exemple d’application typique de l’enregistreur DL100 P est le suivi de l’assèchement d’une couche d’isolant (cf. ill. 3) après dégât des eaux. Les capteurs internes de l’appareil mesurent en continu l’hygrométrie et la température ambiante et stockent les relevés. Ce faisant, un capteur externe mesure la température de surface du mur, tandis que l’humidité de la couche d’isolant est mesurée par des électrodes plates placée sur un des bords de l’isolant. À l’aide de la fonction d’alarme, une valeur limite peut être définie ; en cas de dépassement, une LED se met à clignoter pour avertir l’utilisateur.

Dans l’assèchement technique de bâtiment, on procède à l’identique. Les enregistreurs servent à relever en simultané la température ambiante, l’humidité relative, l’humidité des enduits et de la chape. Au niveau de la quatrième voie de mesure, il est possible de raccorder des capteurs de température, par exemple, qui seront fixés dans une pièce adjacente. Toute ouverture non autorisée d’une porte ou d’une fenêtre sera visible sur le protocole de l’appareil.

Télésurveillance à l’aide du système TTSL

Le contrôle des chantiers est encore plus simple avec le système TTSL de surveillance à distance. Principe de fonctionnement : les capteurs TTSL sont reliés à une unité de base compacte et portative, conçue pour prévenir l’utilisateur par SMS ou par alerte sur PC en cas de dépassement des valeurs paramétrées. De cette façon, les contrôles sur les chantiers en cours deviennent superflus. Le système informe l’utilisateur dès que le niveau d’humidité a atteint la valeur voulue. Avantages de taille : suivi des données, plus de journée de fonctionnement superflue, plus de contrôles coûteux, le système TTSL permet de travailler sans perdre de temps et apporte la preuve que les standards de qualité ont été respectés.

Cette entrée a été publiée dans TROTEC, Côté pros, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

  • Thèmes d’actualité

  • Archives

Top Keywords for http://www.trotec-blog.com/fr/trotec/appareils-de-mesure-dans-le-batiment-seconde-partie/